... à émotions !

Voilà ce que je suis... Une éponge qui absorbe toutes les émotions environnantes et ne sait pas quoi en faire... Ah si, tellement gonflée à rabord, que si on ose lui dire quelque chose, et bien les émotions ressortent... en vrac ! Franchement pas terrible...

Ah, et bien sûr, certaines personnes ont un don pour dénicher les personnes "éponge" comme moi... Certaines personnes généralement négatives, qui viennent déverser leur flot d'émotions négatives sur moi... Et me déprimer totalement au passage !

Et, bien sûr, juste, après, en règle générale, une autre personne non hypersensible passe et me voit dans un état pas possible et me dit, plein de bonnes intentions : "mais prends du recul, voyons !" ou encore "prends de la distance"

Euh, comment dire ? Quand on me déverse des trucs dessus... Ce n'est pas apprendre à prendre du recul (objet d'un futur message, c'est sûr !) qu'il faut, c'est apprendre à repousser certaines personnes, à ne pas les laisser commencer une conversation, ou à dévier la conversation... Apprendre à dire non. En quelques sortes.

Bon, ça, c'est le côté, éponge dans une conversation...

Mais il y a aussi le côté éponge dans une soirée, un repas, etc... Un regroupement quelconque familial ou amical... entre amis ou connaissance, s'entend, pas côté ambiance. Genre, certaines personnes sont présentes ensemble, et il y a de la tension dans l'air... Que se passe-t-il ? Sans en prendre conscience, au début, je suis tendue, j'appréhende quelque chose, je ne sais pas forcément quoi. Je commence à papoter avec les uns et les autres, et là, je sens les émotions sous-jacentes... Pff.Comme je me sens mal, et que j'ai un peu la fibre bienveillante, je sers de facilitatrice, j'écoute les avis des uns, des autres, et j'essaie de trouver des solutions, c'est plus fort que moi... (mon côté ingé qui ressort) Alors que ce n'est pas forcément ce qu'ils veulent en plus. Et j'en ressors épuisée.

Eponge à émotions, mais aussi impossible à garder en soi... SI je m'amuse à me disputer avec quelqu'un, surtout surtout quelqu'un qui ne veut pas reconnaître ses torts, c'est une horreur... Je me mets en colère, lui ou elle se met en colère, ça renforce ma colère, et ainsi de suite.

Ayant grandi avec des frères et soeurs de ce type, j'ai compris qu'il valait mieux éviter les conflits puisqu'avec eux, il était impossible d'avoir raison. En plus, j'ai construit une image très négative de la colère alors qu'elle est très utile, au contraire, pour se défendre.

Le problème quand on est une éponge, c'est que "lorsque tout va bien", on a du mal à ressentir son état interne, puisque que l'on est orienté sur l'extérieur comme une antenne... On ressent bien mieux l'état extérieur que son état à soi... Du coup, quand son état interne se détériore, on s'en aperçoit un peu trop tard... On en a plus qu'assez, et la colère éclate, c'est le fusible qui a pété !

En colère, on ferme (enfin) les écoutilles, et du coup, on se coupe du monde... Et c'est donc généralement au moment le moins opportun... Et on passe alors pour un égoïste ou quelqu'un d'insensible, voire d'égocentrique, alors que l'on se protège, après avoir été envahi ! Pire... " Ah, ça y est, cathy fait sa crise", ou encore, "elle fait un caprice".

Euh, non... J'essaie d'évacuer toutes les émotions négatives accumulées par vos bons soins !!

La solution ? Peu évidentes, elle nécessite surtout un travail sur soi pour comprendre pourquoi on se laisse ainsi envahir par les autres ? Estime de soi défaillante ? Ca fera l'objet d'un autre post... :-)